Chapeau bas, messieurs !

Publié le par La Souris Blonde

"Eh bien, mademoiselle, vous portez le chapeau !"

L'exclamation venait du dos de la souris. Vous noterez au passage que celle-ci, lasse de ses propres interminables introductions avant d'en venir au fait, a secrètement travaillé la technique ninja de l'"incipit in medias res", technique subtile consistant tout simplement à vous balancer d'emblée en plein milieu de l'action, là où ça taille et ça canarde dans tous les sens, en l'occurrence dans un wagon de train à l'heure de pointe, au moment où, la gare approchant, un début d'embouteillage piéton se fait vers les portes libératrices, moment que choisit donc un individu non encore identifié pour héler la souris en ces termes :

"Vous portez le chapeau, mademoiselle !"

Car il le répète une seconde fois, le bougre ! croyant sans doute que si la souris ne s'est pas esclaffée à sa fine saillie, c'est qu'il ne l'a pas prononcée d'assez vive voix. La souris jette un oeil par-dessus son épaule (qui te rend si hardi de troubler mon voyage ?) pour apercevoir, oh, oui, c'était exactement ça, c'était ce qu'on appelle un gros dégueulasse.

Le gros dégueulasse n'est ni nécessairement gros, ni nécessairement sale : sa gros-dégueulassitude est toute intérieure, c'est la vulgarité satisfaite d'elle-même qui épaissit ses traits. Le gros dégueulasse est content de lui, le gros dégueulasse est souvent un homme d'un certain âge qui a bien réussi dans la vie et s'en croit autorisé à laisser ramper son regard visqueux sur toutes les jolies fleurs.

Et que nous vaut, ô souris, ces lignes pleines de fiel ? Mauvaise digestion matinale ? Phobie subite des transports en commun ? Haine des hommes finalement déclarée ? Rassurez-vous : la souris fait bonne figure et pâle sourire au déplaisant personnage avant de se détourner à nouveau (vers la porte, bon sang ! la foutue porte ! Elle va s'ouvrir, oui ou non ?). La souris n'est pas souris à s'engrener avec ses compagnons d'infortune transilienne comme une vulgaire banlieusarde. La souris est le zen incarné avec un pass Navigo. Mais voilà qu'à nouveau il insiste, car il le veut, son quart d'heure de célébrité :

"Non mais en fait c'est parce que vous portez un chapeau, vous voyez, et parfois on dit "porter le chapeau", l'expression "porter le chapeau", ça veut dire porter la responsabilité d'un truc, même si on est pas responsable, vous savez, on dit ça..."

Mais certainement, merci monsieur, c'est gentil de m'expliquer, je n'avais pas compris la fine allusion (sarcastiqua la souris en son for intérieur tout en conservant le plus hypocrite des calmes olympiens, mais vite, faites quelque chose, une araignée, au secours !).

"Comme en politique, dans les affaires politico-financières, vous savez, comme Juppé, on lui a fait porter le chapeau !..."

Mais que voilà une comparaison galante et bienvenue ! Conversation de cheval de retour que ses sens ne tracassent plus, sujet d'homme d'affaires et non d'homme à femmes. C'est finalement l'avantage avec les gros dégueulasses : ils ne se préoccupent jamais longtemps des jeunes filles, et retombent bien vite dans les petites routines de leurs préoccupations, politique, finances, loin, bien loin, heureusement, de l'amour et de la séduction.

Commenter cet article

By noemie 03/03/2010 09:08



Oui mais ça, ça dépend de l'air qu'on prend en le disant... et en général, il est très hautain lorsqu'on s'adresse à un "gros degueulasse" ^^ dans ce cas là, y a plus aucune perche tendue !



By Noemie ! 01/03/2010 12:20



Moi dans ces cas là, je leur explique que ce n'était déjà pas drôle la première fois, donc qu'il ne sert à rien d'argumenter...
Mais peut être suis-je extrêmement blasée...!



La Souris Blonde 02/03/2010 23:21


Stratégie intéressante, mais le risque est qu'ils aient tellement envie de causer que n'importe quelle réponse leur serve de perche...


DAVID SPACE 28/02/2010 00:10


Si "vos" (...) rient sans le sou, c'est qu'ils ont de l'humour...


Roman Age 25/02/2010 00:49


Il faut avouer que c'était plutôt drôle, un bête jeu de mot, on pourrait même aller jusqu'à trouver ça franchement illarant.
Bien sûr, je comprends que ce soit agaçant, car la situation ne s'y prête vraiment pas (de façon générale tout contact non-sollicité dans les transpots est à priori source d'ennuis), mais
amusant tout de même.

Cet homme est peut-être un 'gros dégueulasse', c'est très possible, mais il se peut aussi qu'il soit marié depuis 30 ans et n'ait jamais ne serait-ce que songé à tromper sa femme qu'il aime
sincèrement et qu'il couvre de tendresse, d'attention, et de cadeaux à la moindre occasion, et que cette femme n'ait jamais eu d'yeux que pour lui, qui la comble de bonheur depuis
qu'ils se sont rencontrés. 
Evidemment, ce n'est qu'une hypothèse (qui a peu de chances d'être vérifiée car étant rare quels que soient les personnes en question), mais comment le savoir?


La Souris Blonde 28/02/2010 15:50


"Je me fie aux hommes au premier visage qu'ils montrent. Si celui-là n'est pas le bon, qu'y puis-je ?"


DAVID SPACE 23/02/2010 19:37


La souris d'agneau...?lol


La Souris Blonde 24/02/2010 21:54


Non, un rit de vos (tentatives).