100% pure noix, sans sucre ajouté

Publié le par La Souris Blonde

    Après avoir mis dans son panier noisettes, graines, pommes, raisins secs, biscottes, et tous aliments propres à contenter un rongeur au seuil de l’hiver, la souris était tombée en arrêt devant le rayon des jus de fruits. Tombée en arrêt, c’est bien le mot, car cela faisait bien trois minutes qu’elle restait plantée là, comme hypnotisée, à comparer les mérites respectifs de cent douze sortes de boissons diversement colorées.

    Or un jeune homme était là, qui, après avoir salué la souris d’un joyeux bonjour à son entrée dans le magasin, s’occupait justement à garnir le rayon des jus de fruits d’encore plus de sortes de jus, de nectars et de cocktails vitaminés. Après avoir lancé deux ou trois sourires à la souris pour tâter le terrain, il se lança à sont tour et lui demanda si elle avait besoin d’aide. Parce qu’on ne sait jamais, hein, le choix d’une bouteille de jus de fruits est chose difficile, surtout pour une souris.

    Laquelle expliqua gentiment que non, merci, elle était simplement plongée dans des questionnements métaphysiques.

    C’est vrai, quoi, c’est une question hautement métaphysique, le choix d’un jus de fruit. Tenez, par exemple, si, comme Locke, vous niez l’existence d’une « substance » qui serait le support des « qualités », quelles conséquences sur les étiquettes vantant la qualité des fruits choisis pour l’élaboration du produit ? Si, à l’instar de Guillaume d’Occam, vous refusez de reconnaître l’existence des termes généraux, pouvez-vous encore hésiter entre des catégories, comme les « 100% jus de fruits » et les « nectars », ou seulement entre des individus, comme « le jus de pomme », « le jus de mangue », « le jus de ramboutan » ? Et si, comme Berkeley, encore lui, vous soutenez que toutes ces choses n’existent que dans votre esprit, est-il indifférent de mettre dans votre panier du jus de poire ou du jus de raisin, ou alors, justement, la différence de goût qui ne manquera pas de frapper vos papilles au moment du petit déjeuner suffira-t-elle à prouver l’existence en soi du jus de fruit ?

    Bref. Je m’égare comme une souris perdue dans la contemplation d’un rayon de jus de fruits.

    Ce que le jeune homme répondit alors mérite bien qu’on lui laisse le dernier mot :

    « Métaphysique, métaphysique… Moi, c’est plutôt le physique ! »

Commenter cet article

miteny 10/04/2008 21:00

Je repasse par là par hasard et je constate avec amusement qu'on avait peur de ma logique imparable et de mon intelligence supérieure (et c'est la raison pour laquelle mes commentaires avaient été effacés... mais bon c'est vrai que j'étais largement hors sujet).

Flavinium de cactus 23/02/2007 19:13

La difference de gout ne prouve pas l'existence en soi du jus de fruit puisque le gout du jus de fruit est lui meme une sensation. Le mystere est entier...

personne 24/11/2006 01:26

Tu viens de me rendre le sourire d'un coup, Souris.
Je n'ai jamais autant rigolé pendant une réfutation, hormis celle de ma propre existence par un employé de la Mairie.

La Souris Blonde 24/11/2006 11:24

Tu me diras, avec un nom pareil...

La Souris Blonde 23/11/2006 16:29

Cher Miteny,Si j'efface dorénavant tes commentaires, c'est simplement parce qu'il me semble que c'est un dialogue de sourds, et que je préfère en rester là plutôt que de m'énerver (voire plus haut).Du reste, je me demande quel âge tu as, car cela m'ennuie fortement d'avoir l'impression de taper sur un plus petit que moi.

Ced 23/11/2006 16:29

cruels ? Pourquoi cruels ?
Et pi chui pô en nenfant, na (/me va bouder)

La Souris Blonde 23/11/2006 16:35

;-)