Noix servie sur un plateau

Publié le par La Souris Blonde

Un des traits caractéristiques des noix, c'est leur forme. Plutôt ronde. Donc, une fois mise sur une pente suffisamment forte, une noix suit la pente, dévie un peu dans tous les sens, rebondit parfois, mais en général, dès l'impulsion initiale donnée, ça roule tout seul jusqu'à toucher le fond.
Ce soir-là, la souris, toujours en villégiature exotique, avait rendez-vous en ville avec quelques amis. Arrivée avec un peu de retard, elle trouva une personne de plus que prévu. Une connaissance de travail, monsieur S, qui passait par hasard et s'était arrêtée dire bonjour. Salutations furent échangées, et monsieur S fit remarquer quelque chose comme : "Nous avons déjà eu le plaisir de nous rencontrer", ou quelque courtoise banalité du même acabit.
Mais il ne s'arrêta pas là. Se lançant à toute vitesse dans un grand discours nerveux accompagné d'une gesticulation contenue avec peine, monsieur S ajouta en son langage (plutôt que de mettre des sous-titres à la version originale, le passage suivant a été doublé directement en langage souris, pour des raisons de plus grande lisibilité, avec, comme il se doit, la meilleure foi possible ; les puristes m'excuseront) :
"Mais, je ne dis pas ça pour vous draguer, hein ! Non parce qu'on sait jamais, parfois, avec les femmes, elles croient qu'on les drague, alors qu'on les drague pas ! Je voudrais pas que vous le preniez mal, surtout ! Tenez, par exemple, ce midi, la serveuse, là où je déjeunais, elle l'a mal pris ! Oui, je lui ai dit que c'était un plaisir d'être servi par elle, c'était juste pour dire, comme ça, eh ben, elle s'est mise à crier "Ah non, pas vous, vous allez pas vous y mettre aussi !" Alors du coup, après, quand elle est venue m'apporter mon café, je lui ai dit comme ça, "Je ne dis rien, je ne dis plus rien !" Ah, maintenant, je la snobe, hein !"
Après ce formidable toast à la santé des serveuses revêches, monsieur S nous salua, et reprit son chemin de petit bonhomme.
Il y eut un instant de silence et quelques sourires crispés.
L'un des amis présents remarqua sobrement : "Il est maladroit avec les femmes, je crois, monsieur S."
A quoi un autre ajouta : "Il est maladroit avec tout le monde, en fait."
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Poor poor Mister S.
Répondre
G
En fait, c'est davantage de la flagornerie que de la drague à la noix...  Mais monsieur S n'en mérite pas moins d'être épinglé dans ta petite collection...<br /> (Merci pour ton lien, amie Souris... C'est un grand honneur...)
Répondre
L
C'est un plaisir, marquis.
B
Dès quel'on ne respecte plus les codes on passe pour ce que l'on n'est pas
Répondre
L
Mais rien de plus convenu, en fait, que les rouspèteries de la serveuse et les protestations du client... Un badinage bien codifié, tout ça.
M
Oui, je crois bien que la maladresse n'a pas de sexe et puis on gagne souvent à se taire et à parler du regard...
Répondre
L
...
H
mais euuuh c'est pas de ma faute, je n'ai matériellement pas eu le temps d'aller à la librairie (et le we prochain une invasion teutonne de mes amis va m'en empecher aussi)<br />  
Répondre
L
Elles sont pas un peu à la noix tes excuses ?Hm... ça va pour cette fois, mais qu'on ne t'y reprenne plus... Crime de lèse-Larcenet, tu vas m'entendre, tiens...