Etre ou ne pas être un dragueur à la noix

Publié le par La Souris Blonde

Un Clown Triste m'a posé une très bonne question hier. Je peux le dire avec d'autant plus de franchise que c'est une question que je m'étais déjà posée, mais la voir posée par autre que soi confirme la légitimité de la question, et permet en outre de commencer à poser la réponse. Merci, donc, à Clown Triste pour sa contribution substantielle à la science des noix.
L'excellente question était la suivante : en quoi le dragueur SNCFiste est-il un dragueur à la noix ? Et la réponse me frappa comme une noix en pleine figure : il n'est pas un dragueur à la noix du tout. Je veux dire qu'il ne correspond pas franchement à la définition canonique du dragueur à la noix telle qu'énoncée dans les textes sacrés. La seule chose un peu à la noix serait, à la rigueur, sa sortie sur les avantages de sa profession, car pour le coup, ça aurait été une vraie raison à la noix pour m'enticher de lui. Encore ladite raison est-elle plus cocasse qu'autre chose - pour avoir entendu cela plusieurs fois, c'est un sujet de plaisanterie parmi les cheminots eux-mêmes.
Alors... Pourquoi le mettre dans ma collection de noix, ainsi que d'autres jeunes gens pas du tout nuciformes, serviables, dépassés par les événements, décourageants, maladroits, convaincants ou encore complètement hors-sujet ? Tout bonnement parce que le dragueur à la noix au sens strict du terme est une espèce assez peu variée, et qu'on aurait vite fait le tour du sujet s'il fallait en rester là ; parce qu'au milieu des sarcasmes, il y a aussi place, parfois, pour un sourire attendri, un moment de complicité ou même un brin d'admiration devant une approche vraiment originale ou audacieuse ; parce que les rencontres hasardeuses et les tentatives inattendues ne réservent pas que de mauvaises surprises.
En gros, parce que toutes les personnes qui vous abordent dans la rue ne sont pas nécessairement des dragueurs à la noix.
Autrement dit, ce blog vire au hors-sujet. Si l'objet de départ était, et reste, de raconter des anecdotes de dragueurs à la noix, histoire de prendre le parti d'en rire après m'en être si longtemps agacée, il faut bien reconnaître que bon nombre d'articles traitent de la drague de rue, ou des tentatives de séduction en général. Et que fait-on quand on se rend compte que l'on est hors-sujet ?
On change le sujet, bien sûr ! J'ai donc décidé d'étendre la problématique (ourgh... Pardon, c'est indigeste) aux "coureurs de chance" en général, ou saisisseurs d'occasion, ou cherche-fortune, comme le dit la chanson :

Je cherche fortune
Tout autour du chat noir
Et au clair de la Lune
A montmartre le soir

Laquelle réorientation évitera
à l'avenir, je l'espère, quelques malentendus, notamment quant à la tonalité des articles, qui ne sont ni toujours grotesques, ni toujours méchants, ni surtout jamais moraux.

Flûte, elle s'adoucit drôlement, la souris, par les temps qui courent. Si l'on en croit Tolstoï, c'est mauvais signe.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

erwann 11/03/2008 14:40

vous fûtes guide ???

La Souris Blonde 14/03/2008 10:37

Même pas du routard.

Clown Triste 15/09/2006 17:29

Mon "Auguste" personne. J'aime bien :-)
 

personne 15/09/2006 12:24

Comme dit le proverbe :

Napoléon dans Moscou
Hannibal à Capoue...

personne 15/09/2006 12:03

Oui, c'était quoi, cette allusion ? J'ai pensé à un épisode d'Anna Karénine, mais ça doit être plus simple que ça.

Un indice au bas de notre écran ?

La Souris Blonde 15/09/2006 12:09

Pour l'oeuvre, l'indice est dans le dernier jeu de mots foireux de Grenouille.Maintenant, si tu l'as pas lu, ça te fait deux tomes bien épais à te farcir. Tolstoï aimait les tomes d'abondance.

personne 14/09/2006 16:28

La Souris s'adoucit ?
Elle ne dit plus "halte-là, pirates !" mais "venez donc, gentilshommes de fortune..." ?
Elle remise le casse-noix et cueille, charmante, les pousse-sérénades, cette jolie fleur des balcons ?

Mais...mais... tant de mansuétude... la Souris serait-elle tombée amoureuse ?

Les coeurs s'affolent... les mains deviennent moites...

Allons voir de plus près cette entrainante chanson...

(o_0)

Ci-joint une bonne version, avec la musique en plus.

http://www.momes.net/comptines/dire/je-cherche-fortune.html

Désolé je ne suis pas arrivé à retrouver la leçon de ralphy sur insérer un lien dans les commentaires.

Mais pour la peine, je débusque le couplet caché :

Chez la d'moiselle
Fais-moi crédit
J't'aim' pas trop
Mais j'ai d'l'envie
Si tu n'veux pas
M'donner de baisers
j'te fourr' la tête
Dans ton noyer.

Oooh.... mais quelle douce comptine.

La Souris Blonde 15/09/2006 00:19

Ohlà ! Il y a des limites à l'adoucissant. La souris, c'est pas Cajoline... C'est toujours la saison des noix, et tes vers de mirliton à eux seuls me redonnent goût à la bataille...