Courtoisie du dragueur à la noix

Publié le par La Souris Blonde

L'air emprunté dans son étroit costume sombre, grand, très grand, pas loin de deux mètres de haut sans doute, il est ce jeune homme qui croise aux abords de la place de la Madeleine en fin d'après-midi et vous adresse la parole de façon impromptue - audacieux sans cesser d'avoir l'air emprunté :

"J'ai une chance avec vous, mademoiselle ? Une toute petite chance ?"

L'approche est modeste, presque trop : au premier "j'ai une chance ?" qui semblait audacieux, l'ajout d'"une toute petite chance" semble impliquer que le jeune homme ne croit pas trop lui-même en ses espérances et donne au tout un air de demander l'aumône, un aspect orphelin perdu qui joue bizarrement avec l'entrée de jeu très saut à l'élastique.
N'empêche, c'était mignon. Poli, d'abord. Le jeune homme demande une autorisation de draguer avant de passer à l'action. C'est rare, puisque la caractéristique du dragueur de rue est de passer outre. Passer outre, verbe intransitif en langue dragualanoisienne, puisqu'il admet tant de compléments (votre humeur, votre statut marital, votre manque d'envie, votre train à prendre, votre NON sans équivoque) qu'aucun n'est finalement nécessaire. Là, non : plutôt que de jetter son énergie contre votre gré, notre dégingandé prend la peine d'installer les conditions du dialogue, en vérifiant qu'il peut au moins avoir lieu. A prendre ou à laisser, il vous donne le choix sans exiger de raisons de garder votre porte fermée.
Touchant, ensuite, sentimentalement parlant. Si vous dites oui, vous savez de quoi il sera question : le jeune homme vous demande explicitement de lui laisser une chance de vous séduire. Sans appuyer, il met donc d'entrée de jeu le sujet sur le terrain, tout en esquissant un mouvement de retrait comme par anticipation de votre refus.
Et puis, mais quelle originalité : au lieu de commencer par un compliment, au lieu de tout focaliser sur votre personne, l'interminable jeune homme ose se mettre en jeu lui-même. Il vous demande de le mesurer, comme ça, à vue de nez : chance ? Pas de chance ? C'est votre avis sur lui qui est en jeu avant tout, pas son envie de vous (qui est sous-jacente, certes, puisqu'il vous demande, mais non formulée, et c'est délicat). Il ne cherche pas à forcer votre intimité, mais à éveiller votre attention. Regardez-le d'un peu plus près. Allez-vous lui laisser sa chance ?


La souris lui a dit non, avec un grand sourire, d'abord parce qu'elle est déjà prise, sa chance, ensuite parce qu'elle était en retard pour aller manger des glaces avec une très bonne amie, ce qui est sacré.
Sans cela... La souris se serait sans doute arrêtée, juste pour le plaisir, pour voir comment il allait l'employer, cette toute petite chance.

Commenter cet article

liora 12/12/2009 00:51



j'aime beaucoup ton blog, extrêmement bien écrit, drôle, plein d'esprit... et une jeune Parisienne se reconnaît forcément dans beaucoup de situations...mais pour ce post, je me dis que,
souvent, ça dépend de l'impression que nous donne l'homme... Tu dis que c'est mignon, parce qu'il était sans doute touchant, intimidé... Moi, cette façon de dire "est-ce que j'ai une chance avec
vous?", ça m'agace beaucoup: 1. c'est comme s'il fallait décider tout de suite, d'emblée, sans avoir le plaisir de la découverte de l'autre. ça brise le mystère, le charme 2. c'est comme un aveu
d'impuissance, comme s'il fallait alors qu'on prenne les devants, alors qu'on n'était pas en demande, justement, à ce moment-là 3. ça peut prendre un aspect "efficacité", "rentabilité", comme le
dit l'un des com' précédents, et c'est assez écoeurant...
Mais bon, cool qu'il t'aie touchée, quand même.



Miss Anis 01/10/2009 10:38


Bonjour la Souris, je me marre vraiment en te lisant!
Je viens vers toi par un fidèle bloggeur qui m'envoi ton lien.
En fait je viens d'être abordée un peu comme dans ton texte, et je trouve ça plutôt mignon comme tu dis.
Primo, il ne m'a pas violée, deuxio, ça fait plaizir...
A moi hein, pas à mon chéri, rires!
Ton blog est bien sympa, je reviendrai.
Bises de Nice


café 24/09/2009 19:13


Vous devriez apprécier cet extrait du site "Entendu à Paris" (http://www.entenduaparis.info/) :

Deux jeunes dans le métro ligne 6.
- Moi parfois, je drague des moches, pour m'entraîner.


La Souris Blonde 27/09/2009 18:08


Merci ! Depuis le temps que je le répète !


Giusepe 17/09/2009 16:59

 Je viens d'aller voir votre site en vitesse ; je le trouve extraordinairement narcissique !

Miteny 17/09/2009 15:23

Ne comprenant pas vraiment l'objectif de ce site (essentiellement narcissique probablement), je vous invite sur le mien.