La souris dénudée

Publié le par La Souris Blonde

Aujourd'hui, je vais prouver que je suis une vraie blonde. Non, mieux : aujourd'hui sera dévoilée la réponse à une interrogation fondamentale concernant les femmes, les hommes, les relations entre les hommes et les femmes, les dragueurs à la noix, life, the universe and everything.
Aujourd'hui, donc, pourquoi la souris est une souris. Questions, avouons-le, bien plus intéressante que de se demander pourquoi l'être est, pourquoi le monde est monde, pourquoi c'est ainsi et pas autrement ou encore si le monde extérieur existe réellement en-dehors de mon esprit, tous préalables utiles à examiner, certes, mais qui ne font certainement pas avancer le schmilblick des dragueurs à la noix.
Essayez, pour voir :

Lui : Eh, t'es trop charmante !
Vous (théâtrale) : Oh, ah, attention, malheureux ! Avant de te prononcer là-dessus, es-tu bien certain que j'existe réellement ?
Lui : ...
Vous : Je veux dire, qu'est-ce qui te prouve que j'existe ailleurs que dans ton esprit ?
Lui : Bah ça se voit, non ? (joignant le geste déplacé à la parole, tel un moderne saint Thomas, il cherche à toucher pour croire)
Vous (esquivant) : Tu êtes donc partisan de Samuel Johnson, qui prétendait réfuter les théories de Berkeley sur la non-existence du monde matériel en donnant un coup de pied dans une pierre ! Je me dois néanmoins de te mettre en garde, ça peut faire très mal au pied.
Lui : Attends, tu me parles pas comme ça !
Vous : Et quoi qu'il en soit, cette réfutation est caduque : le fait de toucher un objet ne saurait en aucun cas prouver son existence, car cela peut être une simple auto-illusion des sens, au même titre que la vision.
Lui : ...
Vous : En effet, l'argument est simple : moi qui te parle, peux-tu concevoir que j'existe sans que tu sois là, toi, pour concevoir que j'existe ? Non, n'est-ce pas ? Alors c'est bien que je n'existe que dans ton esprit !
(Là est un moment judicieux pour s'éclipser furtivement, profitant de la forêt de points d'interrogation qui lui voilent momentanément la vue.)

Efficace, certes, mais grande est la probabilité de vous faire violemment insulter par votre dragueur à la noix avant d'avoir pu développer toutes les finesses de l'argument de Berkeley et ses réfutations possibles.
Voire même, d'avoir à courir après ledit dragueur à la noix pour finir de lui expliquer la chose, ce qui serait un comble.
Dans le cas où le dragueur à la noix se mettrait à répondre des choses comme "Oui, Socrate, tu as raison", ou "Ta parole est juste, Socrate", de deux choses l'une : soit vous vous croyez dans un dialogue platonicien, et il faut vous enfermer ; soit votre dragueur à la noix est étudiant en philosophie, et il faut l'enfermer.
Au fait, la raison ultime expliquant pourquoi la souris est souris s'est perdue en route. Il faudra donc attendre le prochain épisode. Demain, j'enlève le haut.

Episode 2 : Demain, j'enlève le bas
Episode 3 : Je l'attrappe par la queue, je la montre à ces messieurs

Commenter cet article

Hector 10/08/2006 16:04

Maintenant sachant que meme si tu frappes dans cette pierre et que tu penses que la douleur la rend reelle, cette pierre est composee à 99,99% de vide ...
Pour tes prochaines reparties/rateau: si l'on enlevait le vide autour des atomes, la terre se reduirait à un petit pois donc en rajoutant à la fois du vide et du creux dans leurs paroles (soit les ondes qui ont traverse beaucoup de vide et quelques supports de molecules gazeuses) les dragueurs à la noix permettent à l'univers de garder son equilibre...
Bon je vais ptet retourner bosser moi...

Bouc & Moustache 06/08/2006 23:34

1. j'en veux +2. moi vil ? et tu aimes ?

La Souris Blonde 07/08/2006 00:20

1. Oui mais plus, ce serait hors sujet (le dragueur à la noix - cobaye est déjà loin).2. Tu veux concourir pour la Noix d'or 2006 ?

ralphy 06/08/2006 17:27

Dans la mesure où j'aurais en effet créé le monde qui l'entoure rien qu'avec mon esprit, en effet, en tant que créateur de celui-ci, je pourrais me prendre pour Dieu. Néanmoins, si mes pouvoirs avaient été aussi formidables, je crois que j'aurais créé un monde plus à mon avantage...
De ce fait, je me dois de me rendre à l'évidence : le monde qui m'entoure existe bien. Et ce blog n'est pas le fruit de mon imagination, mais d'une certaine Souris Blonde (dont on attend cependant la preuve concernant la couleur de ses poils !)

La Souris Blonde 06/08/2006 22:50

Pfff. Saint Thomas, bis. Tu dois me croire sur parole, ou je t'excommunie.

Monsieur Noisette 06/08/2006 16:11

Petite souris solipsiste, sache que ceux avec qui tu joues font tout à fait le même raisonnement pour dédramatiser leurs échecs !

La Souris Blonde 06/08/2006 22:49

Ah... La philosophie est la consolation des misères de la vie.

personne 06/08/2006 15:03

Je crois que c'est ce même Johnson qui disait du même Berkeley qu'il est plus aisé de croire que le monde n'existe pas quand on se promène en chaise à porteur.

Ce qui ne tend pas à prouver qu'à doctrine constructive, réfutation constructive.

Il faudrait peut-être offrir une chaise à porteur à chaque dragueur à la noix qui se présente, et le forcer à rester dedans jusqu'à ce qu'il se mette à douter de ses sens. Je ne sais pas si c'est plus efficace que le dialogue aporétique.
Il y a aussi la méthode cartésienne, qui consisterait à louer une chambre, à y installer le dragueur à la noix, et à mettre le chauffage à fond tout en fermant à clé de l'extérieur. Mais ça commence à faire cher l'esquive, et ça posera des problèmes avec la police s'il n'atteint jamais la sixième méditation, surtout s'il reste bloqué vers la troisième.

La Souris Blonde 06/08/2006 22:48

Et la méthode leibnizienne. Si l'on explique aux dragueurs à la noix que les monades n'ont ni portes ni fenêtres, feront-ils seulement une croix sur de possibles "ouvertures" ?