Drôle de zèbre

Publié le par La Souris Blonde

La souris se trouvait au jardin du Luxembourg – eh oui, où d'autre ? - pour observer, non les mœurs des DLN, mais celles d'un adorable couple de sittelles qui avait nidifié dans un tronc d'arbre creux et opérait de joyeux allers-retours pour nourrir sa duveteuse progéniture. Mais tandis que la souris observait les oiseaux, elle oubliait qu'elle était elle-même proie pour un animal d'une tout autre espèce.

« Salut, je t'ai vue passer tout à l'heure, j'aimerais faire ta connaissance. »


L'approche est sobre, classique, laissant peu de place à l'esquive puisqu'il vous incombe alors de motiver votre refus d'une gentille proposition de compagnie. Pas moyen, donc, de poser son baluchon pour déjeuner tranquillement au Luco. Qu'à cela ne tienne, pourquoi pas – et la souris s'éloigna à regret de ses sitelles, peu désireuse de révéler l'emplacement de leur nid à ce genre de matou.

« Tu viens d'où ? Lui dit-il. Moi, je suis Caraïbe. T'as un accent, non ? »


Tiens, déjà entendue, celle-là. Sans doute un stratagème pour amener la souris à parler d'elle ; foin du loup, questionnons-le donc sur ses Caraïbes. Et voilà le dragueur des îles tout employé à détailler les multiples avantages d'une relation avec lui, voyages sous les tropiques, invitations à venir dîner chez lui pour goûter la cuisine de là-bas, non, vraiment, c'était la belle vie qu'il m'offrait. Sauf que pendant ce temps-là, mon déjeuner, lui, ne s'ouvrait pas tout seul. Qui a déjà essayé d'ouvrir un emballage de pumpernickel récalcitrant avec une seule main comprendra ma détresse. D'où une addition importante à faire aux lois générales et particulières des dragueurs  à la noix : un DLN, ça ne sert pas seulement à rien. Parfois, quand vous avez le bras en attelle, ça peut vous ouvrir votre déjeuner. Même s'il s'y est pris comme un manche en renversant la moitié du paquet par terre (c'est les sitelles qui vont être contentes), ça mérite d'être noté.
Seulement, le voilà qui prend ses aises, essaye de caresser le menton de la souris qui en bondit sur place de surprise. Et continue sur un ton pour le moins étrange :

« Tu sais, moi, j'adore les blancs. Non, sérieux, j'adore trop les blancs. Je me sens trop bien avec eux. Limite, je me sens plus blanc que noir, tu vois.
En fait, ce que je voudrais  vraiment, c'est faire un petit métisse, avec une blanche, tu vois. J'aimerais trop ça. Ça te dit pas, qu'on fasse un petit métisse ensemble ? »

Nous y voilà. Ça manque de discrétion, franchement. Je veux dire, même avec toute la bonne volonté du monde, si je sors un enfant café au lait à l'homme qui partage ma vie, il va flairer l'arnaque direct.

« Non mais on est pas ensemble, on fait juste un enfant ensemble, tu vois ? »

Oui, je vois assez bien, en effet. Je vois aussi très bien le wannabe papa me laisser l'enfant en souvenir et ne plus jamais s'en soucier. Mais le voilà déjà reparti dans ses délires saumâtre en noir et blanc :

« Tu vois, aux Caraïbes, le problème, c'est que c'est trop mélangé, les blanc, les noirs, tout ça, c'est trop mélangé, c'est pas bien, pour moi faut pas tout mélanger. »

Autrement dit, le même qui m'aurait certainement traitée de raciste si j'avais refusé de faire sa connaissance est en train de tenir un discours digne du plus farouche partisan de l'Apartheid. Mais attends, c'est pas toi qui vient de me faire une proposition de métissage, là, tout de suite ? Pas à une contradiction près, décidément, ce garçon.

« Non mais vraiment, on devrait faire l'amour ensemble, tu verras, ça te plaira. »

Ceci murmuré de la demi-voix qui annonce que l'on est, quand même, un peu conscient du déshonnête de ses propos. Mais enfin j'avais cru être claire, je vis en couple, je suis même fidèle, je suis pas intéressée.

« Mais c'est pas grave, ça ! Tant que tu vas pas avec tout le monde, c'est bon, t'es fidèle. L'important, c'est de pas aller avec tout le monde. Après, deux, trois, ça va. L'important c'est d'être fidèle toujours aux mêmes : moi, plus un autre, ça va. »

Jeunes souris, prenez-en de la graine et écoutez les paroles pleines de bon sens de ce grand théoricien de la fidélité à plusieurs : tant que vous « n'allez pas avec tout le monde », ça va. Autrement dit, si l'on suit sa logique il suffit d'exclure une seule personne du champ de ses amours pour ne pas mériter le nom d'infidèle. Il suffit de ne pas coucher avec un seul homme, et vous ne couchez plus avec tout le monde.
Et ce jour-là, croyez-moi, la souris savait très exactement qui était l'homme avec qui elle ne coucherait pas.
Définitivement, ça ne mordait pas, malgré les alternances de cajoleries et d'aigreur, la souris continuait de picorer stoïquement son pain aux céréales en regrettant ses sitelles, se rapprochant régulièrement du bord opposé du banc chaque fois qu'il essayait de la toucher. C'était un pique-nique un peu pénible, voilà tout. Il insista quand même pour me donner à tout prix son numéro de téléphone avant de s'éloigner vers ses yeux plus hospitaliers.

Reste que je ne sais pas trop ce qui est le plus inquiétant en définitive, qu'un individu puisse me faire des propositions très explicites à une heure de l'après-midi, en plein soleil dans un jardin public, ou que j'en sois blasée au point de ne pas même songer à lui allonger une droite en hurlant ma mère.

Commenter cet article

Abellion 01/03/2010 09:20


Vraiment affligeant, ce dragueur à la noix... Oserai-je témoigner qu'il y a aussi des hommes fidèles et amoureux de leur chère et tendre, et qui trouvent les théories de cet individu du plus
mauvais goût ?


Didou 28/02/2010 21:05


Je pense qu'il n'est même pas venu à l'idée de cet "homme" boutoneux d'1m70 pour 110 kg que je puisse ne pas être attirée par sa personne... franchement... j'ai l'air si désespérée que ça ?


Didou 25/02/2010 10:45


ça me rappelle un homme à qui j'ai dit que j'étais mariée, et qui m'a répondu "et alors, me dis pas que t'es fidèle ?" C'est si étonnant que ça ? Et si leur copine à eux leur est infidèle, ils vont
trouvé ça normal aussi ?


La Souris Blonde 28/02/2010 15:52


Oui, et puis l'homme en question oublie surtout le paramètre essentiel : mariée ou non, fidèle ou infidèle, avant tout, en ais-je envie ?


Cb' 12/07/2009 00:22

hannnnnnnnnnn mais c'est pas possible c'est un truc de fous!!! je me suis toujours dis que j'avais le chic pour attirer les crétins mais toi tu décroches vraiment le jakpot en la matière. plus je te lis et plus je me dis que les dragueurs à la noix du 75 sont bien pires que les cas deséspérés du 59 :)mais c'est vrai que la drague pour les blacks semble prendre une dimension difficilement compréhensible pour nous, et je suis ronde, alors je peux te dire que j'ai le chic pour les attirer!!! j'avais expliqué sur mon blog le vigile black d'un magasin de sous vet qui avait poussé le bouchon un peu trop loin (au point d'etre viré), et un lecteur de mon blog, black, est venu m'expliquer qu'il ne fallait jamais rendre un sourire à un black. t'imagines! j'osais meme plus lui répondre de peur des conséquences!

La Souris Blonde 14/07/2009 10:13


Mais celui-là, au moins, ne peut pas dire que je l'aie provoqué : avant qu'il ne surgisse, je ne l'avais même pas vu !


Vincent 08/07/2009 11:16

Hello,Je découvre maintenant que ton blog a repris, cool ça me fait un peu de lecture sympa au boulot!Je trouvais un peu mesquin de lui faire un mauvais coup avec son numéro mais finalement, il est très lourd ce gars, il y a des choses qui ne se font pas!Donc je vais réflechir aussi à quoi faire du numéro.Tu fais une thèse en ornithologie à part ça ??

La Souris Blonde 14/07/2009 10:11


Oui, voilà, exactement. Etude des interactions piafesques en milieu urbain dense.