Le dragueur marxiste

Publié le par La Souris Blonde

Ce dragueur-là n'était pas tout à fait à la noix, puisqu'il a tout de même réussi à m'inviter boire un café.

Sans sucre.

La scène se passe il y a quelques temps. Entretien avec une espèce rare.

Le dragueur marxiste pourrait avoir le cheveu abondant et frisé, la barbe de trois jours et des habits sales. Mais non. Le dragueur marxiste présente bien. Il se contente de porter la chemise largement ouverte sous un costume assez classe. Il entretient l'aspect buriné et rude d'écorce de son visage, lequel est néanmoins illuminé par le sourire enfantin de l'homme qui croit encore au père Noël des peuples et à un autre monde possible.

Le dragueur marxiste aime à théoriser. Ne cherchez pas de sujets de conversation avec lui. Vous parlerez politique. Quoi que vous disiez, il vous tirera vers Elle. Sa régulière, sa légitime, la seule à laquelle il soit fidèle. Même si vous parlez de drague avec lui, en fait, vous parlerez politique.

Il a d'ailleurs des idées très convaincantes. Il réussira à vous convaincre que la fidélité n'est en réalité qu'un artifice destiné à assurer au bourgeois une descendance sûre, de façon à permettre l'accumulation primitive du capital. Avec lui, vous imaginerez des utopies riantes où la jalousie n'existerait pas, ni l'adultère, ni la drague à la noix d'ailleurs, car la propriété serait abolie et avec elle la nécessité du partenaire unique. Vous vous laisseriez presque tenter.

Et en même temps, il avouera avec un peu de honte que pour sa part, sans doute par un reste de son éducation, il est assez jaloux.

Le dragueur marxiste cherche par-dessus tout à éviter le contrôle social. De ce fait, il ne drague ni sur son lieu de travail, ni dans son groupe d'amis, ni dans les boîtes de nuit, ni sur la toile. C'est donc par idéal, pour échapper aux institutions d'oppression sociale, qu'il drague dans la rue, et non par misère affective.

Le dragueur marxiste se préoccupe de la condition féminine. A sa façon. C'est à dire qu'il considère qu'il faut faire souffrir les femmes, de façon à exaspérer les tensions sociales dans cette partie de la population avec l'espoir de déclencher ainsi la révolution. Argument classique de la gauche guesdiste : il faut empirer la condition des prolétaires pour faire advenir le grand soir. Transposé dans le domaine des rapports amoureux, c'est une idée, comment dire... Intéressante. Il emploie une grande partie de son temps à préparer la Révolution de cette manière.

On passe un agréable moment avec le dragueur marxiste. Il ne semble pas tirer à conséquence. Il est gentil, verbeux, original, pas très convaincant. En sortant du café, il vous vient pourtant une irrépressible envie de chanter un tube de Florent Pagny.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kenzo05 10/09/2006 20:23

Tout a fait la souris ;o)Tout dépends de quel côté de la barrière on se trouve !Pour parler politiquement correct on apellerai ça un "insurgé" maintenant, bien qu'on mette dans cette dénomination pas mal de monde n'ayant aucuns rapports et avec des méthodes parfois radicalement opposéesJ'ai bien aimé ce film, mais il faut quand même avouer qu'il est assez "cru" dans son style..... surtout pour moi la scène du boulet sur le champ de bataille, quant a l'anglais..... il est la tête a claque du film non ? a croire que Mel Gibson a une dent contre eux......En tous cas,  c'est pas du John Wayne ou l'on meurt "proprement" sur les plages de Normandie...

ralphy 10/09/2006 02:03

Dans le film avec Mel Gibson auquel tu fais référence, cher kenzo05, l'acteur joue un terroriste américain aux yeux des anglais. Un comble, hein ? ;-)

La Souris Blonde 11/09/2006 23:14

Merci, cher cinéphile! Et dire que j'ignore quasiment tout de l'oeuvre de Mel Gibson...

kenzo05 05/09/2006 14:15

Un petit mot trés en retard.... mais je ne pouvais m'empécher de réagirA part le fait de faire du mal aux femmes pour qu'elles se rebèllent et améliorent leur condition, truc de macho primaire ça ! je suis d'accord sur le fait  que l'idée qu'ont doit avoir de la fidélité est détourné a des vues purement bourgeoises et hypocrites.....C'est un peu du même style que l'immaculée conception......il ne faut pas confondre l'amour et le désir physique... mais ça on s'est bien entendu éfforcé de nous l'inculquer pendant de longs siècles.On en arrive aujourd'hui au point de laisser un gamin regarder Mel Gibson flinguer de l'anglais a tout bout de bras, sans même penser que cela puisse être immoral, ou lui laisser acceder au journall de 20 heures sans culpabiliser, mais par contre pousser des cris d'orfraies si par malheur il vera un film disont lègèrement vêtu.......du  "olé olé"  avant 18 ans....... Faut t'il en conclure que la guerre est moins dangeureuse que le sexe ???Par contre je tiends a préciser que je  ne suis pas pour le "on baise a tout va avec tout le monde"..... faut quand même pas croire que je suis un gros cochon vicieux !

La Souris Blonde 11/09/2006 23:13

Tu remarqueras que je me suis bien gardée de prendre position sur ce point délicat de la fidélité... Il s'agissait juste de souligner les contradictions (assumées, d'ailleurs) du dragueur marxiste).

laurent 16/06/2006 11:26

et le dragueur maladroit t'en penses quoi?^^

Maxx 26/05/2006 09:52

ah c'est donc ça... la fameuse révolution que tout le monde attend... ;-)enfin "tout le monde" ... j'me comprends... ^^