Tes vaisseaux ne sont que coques de noix

Publié le par La Souris Blonde

La chanson a quelque chose de lancinant. C'est vrai ça, les personnages ne varient pas beaucoup : une ou plusieurs souris, un ou plusieurs dragueurs, à la noix ou non, et une fin de préférence en queue de poisson pour les acides gras essentiels. C'est structurel et inévitable : le sujet ne se renouvelle pas. Il se duplique, il prend des formes diverses, mais au fond, les dragueurs de rue, ça revient un peu toujours au même.

Et parfois certains d'entre vous, peuimporte qui, trouvent l'air sacrément triste, voire  déprimant. Avouons-le, ça dépend en partie des saisons. Le dragueur d'hiver n'est pas le même que le dragueur d'été. Autant ce dernier est foisonnant et inventif devant les souris parées de leur plumage d'été, autant l'autre, celui qui nous occupe en ces mois frisquets, a quelque chose de sinistre. Il drague en période creuse. Il drague des trucs emballés de grands manteaux pas franchement affriolants. Il drague en soufflant sur ses doigts gelés. Son activité a quelque chose d'un acharnement revanchard contre la nature. Les dragueurs d'hiver ont donc souvent un air plus glauque encore que ceux de l'été.

Mais pas seulement.

Revenons aux fondamentaux : ce blog est un blog drôle. Enfin il essaye. Mais il a avant tout pour but de montrer une réalité, celle de l'agression permanente dont sont victimes les femmes à Paris, simplement en sortant dans la rue. Agression qui ne dit pas son nom, qui se fait passer pour flatteuse, mais qui n'en est pas moins une intrusion violente dans votre droit à vivre en paix.

Je ne sais pas si c'est la même chose ailleurs, mais tous les témoignages que j'ai eus concordent : il y a bien une spécificité parisienne. Donc je tourne autour de ce thème-là. Qui est quelque chose de fondamentalement déplaisant. C'est un fait, quoi qu'on y fasse. Les dragueurs à la noix, essentiellement, ce sont des hommes qui font pleurer les filles. Pas pleurer des rivières, non, pas pleurer d'amour ou de regrets, mais pleurer de rage et d'impuissance, pleurer sur leur faiblesse, pleurer de ne pas pouvoir mettre un pied dehors sans être vulnérable aux injures du premier ostrogoth venu. C'est un fait sociologique aussi, puisque les dragueurs à la noix contribuent, et pas qu'un peu à mon avis, à tendre les rapports entre les gens dans la capitale, à faire monter le niveau d'agressivité ambiante, et à transformer les parisiennes en forteresses ambulantes - ce qui ne facilite pas ensuite la tâche aux gentils garçons, ni aux forteresses susdites pour rencontrer l'homme de leur vie d'ailleurs.

Evidemment, transformer les dragueurs à la noix en sujet de blague, ça aide. ça permet de se réapproprier l'espace public, au mieux, et de redevenir une souriante souris citadine sûre d'elle, riant au nez des noix. Au pire, de surmonter quelques très sales souvenirs. La perspective de faire un article de blog fait prendre patience, c'est sûr, la souris est bien moins vulnérable lorsqu'elle connaît déjà sa revanche. Il n'en reste pas moins que la souris préférerait, oh oui, de loin, n'avoir jamais de matière à article et n'avoir jamais eu à ouvrir ce blog. Car le fond du sujet n'en reste pas moins très, très déplaisant. C'est ce qui fait que malgré les excès, le féminisme reste un discours légitime et pas une vocifération de frustrées aigries (bon, avec une exception pour toi, évidemment, qui traitais courageusement depuis un forum la souris de "petite nana complètement soumise à l'ordre machiste" et prenais le lien vers FTS pour une publicité, mais après tout il y a aussi des femmes stupides, c'est ça l'égalité des sexes).

Alors finalement, j'avais fait ce blog essentiellement pour réconforter et faire rire les souris, mais qu'il soit lu essentiellement par des hommes, c'est très bien et c'est très utile. Parce que les femmes sont au courant de cette réalité. Pour elles toutes, c'est une évidence. Les hommes, non. Ils ne la vivent pas. Jamais comme ça. Ils ne la ressentent pas. D'où des réactions bien souvent ironiques : "oh, trop dur, tu te fais tout le temps draguer" "ah, quelle horreur, t'es super belle, ça doit être un calvaire", quand ils n'interprètent pas la geste souricienne comme un procédé de drague particulièrement pervers visant à donner à une souris un peu blette de la valeur ajoutée sur le marché du flirt internautique.

Donc - ce blog n'est pas un appel au secours, ça va, merci. Mais quand vous percevez le dégoût à travers les sourires, quand vous avez, vous aussi, envie de vomir au tournant d'une réplique qui peut sembler drôle sortie de son contexte, quand à la longue vous trouvez les contes de la mère Noye franchement pas drôles, pour moi, c'est encourageant et c'est un progrès. Quelque chose est passé de mon message.

Si ce blog peut servir à faire partager un peu, outre la bonne humeur, l'expérience vécue de cette violence constante et contribuer à faire changer l'opinion commune sur la drague, cette joyeuse gaudriole bien française, cette plaie de la vie urbaine, alors j'aurai pas accumulé ces tas de noix pour rien.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roman Age 12/03/2009 03:07

Aujourd'hui j'ai pu observer une souris blonde, pas juste une fille blonde, non, une vraie souris blonde. Personne ne lui a parlé bien sur, point de drageurs-à-la noix par ici (la réaction la plus notable est un gars qui s'est arreté net dans sa marche, et est resté figé pendant plusieurs secondes).Et ensuite, par un curieux hasard, je me suis retrouvé assis en face d'elle. Ma première souris blonde en vrai. Mais je suis un peu déçu, car son comportement était vraiment très normal.

Poulpy 08/03/2009 23:09

En cette journée de la femme (qui m'hallucine toujours autant, les autres jours serait dont consacré à l'homme?), j'adresse un bon courage à toute les souris blonde ou pas, parisienne ou non au prise avec les spécimens les moins reluisant de mon coté d'humanité.Et a toi la souris blonde, je ne te souhaite pas bonne continuation car cela voudrait dire que tu te coltinerait encore pleins de noix.The Poulpe

Roman Age 02/03/2009 12:40

Cela dit, j'aime beaucoup les noix 

Roman Age 01/03/2009 22:02

Certains hommes manquent fondamentalement de confiance en eux, en leur pouvoir de séduction, en la valeur de leur personnalité. Cependant ce profile se divise principalement en deux groupes: ceux qui vont intérioriser leur frustration, et apparaîtront timides, mais toujours respectueux, et ceux qui exprimeront leur impuissance par la colère et le manque de respect: les drageurs à la noix.Enfin, il y a les hommes qui ne manquent pas de confiance en eux, qui sont sûrs de ce qu'il valent, ce qui n'en fait pas forcément des dragueurs d'ailleurs: pour ceux qui le sont, c'est beaucup de conquêtes, et pour ceux qui ne le sont pas, c'est qu'ils peuvent ne pas en avoir envie ou pas besoin.

Dovobo 28/02/2009 01:07

Putain, on se croirait chez Moune.

La Souris Blonde 01/03/2009 20:35


"Y'a pas de putains ici, tout le monde baise à l'oeil!"