Le dragueur d'eau douce

Publié le par La Souris Blonde

La souris fait partie d'un club de natation (j'entends d'ici le murmure d'approbation de ceux qui imaginent déjà une souris fuselée par les flots fendant l'eau d'un corps ferme et frétillant). Le club de natation de son boulot (j'entends d'ici le murmure de déception de ceux qui trouvent que l'ambiance comité d'entreprise, c'est tout de suite moins sexy).

Ce qui est amusant, du coup, c'est qu'on se retrouve à faire connaissance en maillot de bain avec tout un tas de gens qu'on n'aurait jamais rencontrés tout habillés – des gens qui travaillent dans un autre bâtiment, des gens avec qui on n'a pas de liens professionnels, des gens qui ne savent même pas que vous existez et réciproquement et pourtant on est dans la même boîte. C'est plutôt sympathique. Et puis même, tiens, quel hasard, on se retrouve dans le métro en sortant, avec les cheveux tout mouillés. Et puis même, tiens, quel hasard, on prend la même ligne dans le même sens. Et puis même, tiens, quel hasard, on descend à la même station. Et puis même, tiens, quel hasard, c'est pour attraper le même train. Ouf, on descend quand même pas à la même gare.

C'est ainsi que la souris se retrouva faire la conversation tout un long demi-trajet à un jeune homme timide de la comptabilité* qui riait nerveusement à ses blagues tandis qu'elle se démenait pour décoincer l'atmosphère.

La souris raconta ça à personne en rentrant chez elle. Car oui, la souris vit avec personne. Donc personne l'attend quand elle rentre tard le soir. La souris raconta ça à personne et personne lui dit :

« Souris, souris, souris... Réfléchis... Un gars de la comptabilité... Timide... Pas très bien dans sa peau... Imagine, y'a une souris comme toi qui lui adresse la parole... Mais imagine ! Enfin, c'est comme tu veux, mais je serais toi, j'encouragerais pas trop. Ce serait cruel qu'il se fasse des films. »

Personne, c'est un peu la conscience de la souris, parfois. Ou sa cervelle de substitution.

Enfin le jeune homme de la compta se contentait désormais d'adresser de temps à autre la parole à la souris entre deux longueurs.

Rapidement, parce que la souris nage plus vite que lui.

Jusqu'à ce soir où il l'attendit à la sortie des douches.

« Souris, tu veux qu'on rentre ensemble ? »

Et là, la souris eut comme un gros sentiment de déjà-vu.

Abin non, j'ai prévu de prendre un autre train, en fait. Un mieux. Plus rapide. Direct. Un qui ne s'arrête pas dans ta ville. C'est celui-là que je vais prendre. Pas le même que toi. Alors non, en fait.

Oui. J'ai déjà un autre train. A la réflexion, c'était vraiment ce qu'il y avait de plus approprié à répondre.

*Pour des raisons de respect de la vie privée, les noms et les professions ont été changés.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
C'est clair le vilain !
Répondre
P
C'est clair que je n'ai aucune compétence technique en matière de lecture au travers des liens :) Trop de spontanéité sans doutes !
Répondre
L
<br /> Ouh la vilaine pub pas du tout spontanée !<br /> <br /> <br />
L
Fake !Personne dirait jamais une chose pareille.
Répondre
L
<br /> Du moment que personne le sait...<br /> <br /> <br />
G
Démonstration cocasse..."Souris, tu veux qu'on rentre ensemble?"= NON"Souris, tu veux qu'on sorte ensemble?" = NONDonc rentrer = sortir
Répondre
L
<br /> C'est un peu psychotique comme équivalence, mais décidément, les dragueurs à la manque font tout à l'envers.<br /> <br /> <br />
T
Décidément personne n'est pas prêteur (?!)Envisageons les choses un peu différemment : tu distilles habilement un peu de rêve ferroviaire à ton comptable réservé. Ca lui fait sa journée, voire même toute sa semaine, voire même son mois (parole de comptable réservé)  à peu de frais pour toi. Et en contrepartie il peut te rendre tout un tas de services de type financiers, tout en te fournissant à bon compte un approvisionnement régulier pour ton ci-devant grenier à noix virtuel.C'est ça le win-win, comme le soufflait récemment Ségo à son buddy Barack !
Répondre
L
<br /> Tsss... Cultiver des noyers pour garantir l'approvisionnement en noix, c'est pas digne d'une souris, ça.<br /> Quant à jouer de ses charmes pour obtenir des "services de type financier"... Rappelons, si besoin, que la souris ne "fait le trottoir" que métaphoriquement, merci...<br /> <br /> <br />