La dragueuse à la noix

Publié le par La Souris Blonde

L'histoire suivante m'a été envoyée par un ami Genevois. Quel intérêt à cette précision, me direz-vous? Et bien, outre rendre la paternité de cette histoire à D., que je remercie très profondément pour sa précieuse contribution à l'anthropologie des dragueurs à la noix, cette histoire édifiante, comme disaient nos grands-mères, montre que le phénomène, loin de se limiter à Paris, s'étend en province et jusque chez les lointains cousins. Comme quoi une bonne idée est toujours copiée. Et une mauvaise aussi.

Donc, l'histoire qui, à défaut de prouver que tous les hommes ne sont pas des dragueurs à la noix, montre au moins que les filles ne se débrouillent pas mal non plus dans ce domaine.

Il était une fois un beau garçon du sud, qui aimait mélanger de la musique grâce à des disques anciens. Il faisait même cela pour de l'argent, ce qui, malgré la surdité que produisait une nuit entière avec de la musique puissamment injectée dans les oreilles, lui permettait de subvenir à ses besoins quotidiens en s'achetant de nouvelles voitures discrètes et de bon goût. Bref, un homme normal dans un milieu branchouille, plongé dans un bain de jeunes femmes qui le dévoraient des yeux, tel la parisienne moyenne dans un bain de testostérone dès qu'elle descend dans la rue, je sais que c'est pas super clair mais enfin j'ai décidé de marteler lourdement mes analogie symétriques aujourd'hui.

Le problème, c'est qu'il était parfois meurtri en la pudeur de son âme délicate et tendre de véritable fleur bleue des platines par les tactiques d'approche de ces demoiselles, qui, hem, comment dire, manquaient quelquefois de la délicatesse qu'il aurait aimé trouver dans les relations humaines.

Ainsi, après quelques soirées, il vit qu'une de ces charmantes demoiselles (charmante est un compliment, un autre terme la qualifierait mieux) l'espionnait, l'épiait, l'attendait chaque soir à la fin pour l'intercepter. Mais lui, intègre devant la tentation, tel un saint Jean-Baptiste des dancefloor, trouvait toujours un moyen de l'éviter. "Cette fille n'a pas de bonnes intentions" se disait-il en fronçant les sourcils tel le héros hollywoodien moyen.

Et il ne se trompait pas! Au bout d'un mois, vers 4h43 du matin, à l'heure où, groggy et papillottant de sommeil, il n'avait pas réussi à courir plus vite qu'elle, elle parvint finalement à l'intercepter. Habillée de légère façon, elle ouvrit au contraire la conversation avec lourdeur : "t'sais k't'es mignon toi t'sais". Notre myosotis des platines ne put se sentir flatté, un profond malaise l'en empêchait. Il ne répondit donc rien.

"Tu me ramènes chez-moi?" continua-t-elle avec un véritable sens de l'à-propos, marquant ainsi à quel point elle avait finement saisi le malaise qu'occasionnait la délicatesse de son approche chez cette âme sensible. "Écoute, je suis désolé, mais nous sommes cinq dans la voiture" inventa-t-il, bien qu'il soit tout seul. "ah, mais je pourrais m'asseoir sur les genoux d'un d'entre vous, ou de plusieurs à la fois. Vous n'êtes pas obligés de me ramener chez moi tout de suite..."

Inutile de préciser que le vertueux Achille des discothèques refusa l'invitation qui sortait droit d'une réplique de film pour adultes. Elle l'insulta en soulignant sa probable impuissance et s'en alla vexée. Celui-ci rentra chez lui, fier pour lui, honteux pour elle.

Bon, à part le côté plutôt comique de l'approche de la demoiselle (car, oui, l'essence du dragueur à la noix, une fois passés l'étonnement, l'énervement ou la nausée, c'est sa fibre comique...), je vois plusieurs morales à cette histoire.

D'abord que la drague à la noix n'est pas réservée aux garçons. Une bonne chose de dite.

Ensuite, que cette histoire nous permet de préciser la définition du dragueur à la noix (mais bon sang que la langue française est mal faite, elle met systématiquement les notions génériques au féminin: entendez donc dorénavant que mes remarques sur "les dragueurs à la noix" sous-entendent "les dragueurs et les dragueuses à la noix", bien que dans mon cas il s'agisse le plus souvent de dragueurs, quoique. Je ne sais pas si c'est clair mais je m'en moque.). Ce n'est pas n'importe quel dragueur. C'est quelqu'un qui a une approche à la fois lourde, directe, peu séduisante du fait de son manque de délicatesse. Et qui fait fuir, parce que ce genre d'approche, on le sent bien, vient du fait qu'il ne vous considère pas tout à fait comme une personne. Un consommable, au mieux. Si le dragueur à la noix termine généralement son show par des insultes, c'est parce qu'il vous considère tout bonnement comme, je ne sais pas, moi, un mixeur qui ne marcherait pas, une tondeuse à gazon qui ne voudrait pas démarrer, bref un objet qui refuserait de remplir sa fonction.

Enfin... Que les garçons se défendent pas mal non plus pour trouver des excuses à la noix !

Commenter cet article

autodesk 13/11/2006 15:08

Le dragueur à la noix préfère les corps consommables aux personnes !

GoWest 13/05/2006 12:40

Pour moi, une dragueuse a la noix, c'est une fille qui essaye de forcer le mec a faire le premier pas en se tortillant le cul de facon ridicule, ou en lui envoyant des regards comme une pute du trottoir.Cette fille qui a dit qu'elle le trouvait mignon, elle est honnete et sincere. C'est exactement comme ca que j'aime qu'on me drague.

Juju 11/05/2006 03:15

Ravi de voir que les dragueuses à la noix ne sont pas oubliées,a près 10 ans de taf la nuit, j'en ai vu et entendu et même si la palme nous revient de loin à nous les hommes, quand les femmes s'y mettent, elles ne se déplacent pas pour rien, si je puis dire...

yoyostereo™ 10/05/2006 18:20

bon ben comme cela on sait…

Maxx 09/05/2006 23:51

J'adore l'histoire... surtout que j'en connais 1 ou 2 DJs suisses, par contre ils ne jouent pas des disques anciens mais plutôt nouveaux.... :-D (et bien que "normaux", ils n'ont pas l'air aussi St Qqch comme celui-ci...)En tout cas, il devait vraiment être très "pur" ce jeune homme pour ne pas profiter de la situation... :-o(parce que bon, il ne faut pas le nier, mais une "charmante" demoiselle, y'a moyen d'y faire qqch au lit non ? :-o)