La gaieté parisienne

Publié le par La Souris Blonde

Sinistre et gris personnage, il se pressait, soufflant et pestant, derrière la souris à un tourniquet, profitant du premier tournant venu pour la bousculer en doublant, non sans réclamer le passage, avec un faux sourire aigre et tout fier de lui : « Je vous dépasse, parce que sinon, je vais piaffer ! »

Manière élégante de signaler à la souris qu'elle était extrêmement lente (ce qui est faux),  extrêmement gênante (ce qui est tout subjectif), extrêmement sur sa trajectoire de comète enfin (ce qui était son principal défaut). Manière galante de se poser en important personnage que le devoir, que dis-je, l'Histoire, attend impatiemment. Lui, comprenez-vous, il va vite.

Évidemment, quand on sort comme ça une muflerie à une souris, tôt le matin, faut pas s'attendre en retour à un grand sourire – plutôt un soupir agacé. Mais le boulet pas canon n'attendait visiblement que ça, et se retourna pour mieux en jouir : « ça vous dérange, ce que j'ai dit ? »

Là, bizarrement, tout d'un coup, plus question de vitesse, d'efficacité, de temps à ne pas perdre. Son sourire grinçant devenait visqueux, tentait de se faire avenant, il s'autorisa un temps d'arrêt. Visiblement, il n'aurait pas été contre engager la conversation après un aussi brillant début. Une souris fâchée – une souris qu'on vient de fâcher – quel mets de choix, non ?

Oh ça, c'est une tactique d'approche bien sournoise. D'abord, choquer la jeune fille en vous conduisant comme un grenadier. Ça fait partie du jeu : une fois offusquée, elle est en position de faiblesse, car la colère est toujours une défaite. Si elle pleure, c'est encore mieux : tâchez de bien repérer les plus vulnérables.
Rebondir alors sur le choc par un propos ambigu : « ça vous dérange ? » Ce que le visqueux personnage sous-entend ici, c'est que la souris est doublement en tort : non seulement c'est elle qui se laisse submerger par les passions négatives, alors que lui, il est calme et efficace, mais en plus elle s'énerve pour des raisons qui lui sont propres, parce qu'elle serait, peut-être, elle, qui sait, aigrie, mal dans sa peau, maussade, misanthrope, que sais-je ! Pour prendre mal une apostrophe aussi anodine, n'est-ce pas.
En profiter alors pour lui faire un peu la leçon, lui apprendre la vie, prendre une position protectrice, presque paternelle : non seulement vous ne lui en voulez pas, mais même, vous voulez bien l'aider. Cadeau-bonus, la situation vous permet de plonger, là, tout de suite, directement au coeur de son intimité à elle : cette irritabilité, cette tendance à la paranoïa, cette instabilité affective, on peut en parler, peut-être ?

Je me demande toujours si c'est ce qu'ils imaginent, comme scénario, ces hommes qui commencent par vous traiter avec le plus goujat mépris pour ensuite, de leur hauteur fraîchement acquise, vous proposer les honneurs de leur conversation, ces Janus à double visage passant en un clin d'oeil du rôle de bourreau à celui de père.

Et quand bien même l'échange se borne à des hostilités, leur reste toujours la satisfaction d'avoir vexé - c'est-à-dire, en quelque sorte, vaincu.

Il était là, la lèvre pendante, attendant la relance, mais la souris gardait un silence méprisant.

Il se jeta alors dans les escaliers roulants, risiblement pressé de s'agglutiner en bas, dans la queue d'un second tourniquet, où la souris si lente le retrouva bloqué lorsqu'elle l'atteint à son tour quelques secondes plus tard. L'aurait retrouvé, plutôt, puisqu'elle fut saisie d'une envie soudaine d'aller plutôt cueillir des pâquerettes par un autre chemin.

Pas de limite à la lenteur, pour éviter un homme pressé.

Commenter cet article

Hector 12/08/2008 18:16

Bien, thèse finie (alléluia) donc au chomage (:)) et heureuse mère d'une petite fille beaucoup moins gaffeuse que son père.Content de constater que ce temple des jeux de mots et de la culture renaît

La Souris Blonde 15/08/2008 00:30


Hector, une mise au point s'impose.
Tiens, en voilà tout un tas pour t'entraîner:
.................................................................................


Hector 26/07/2008 00:11

Bonjour

La Souris Blonde 09/08/2008 15:10


Pareil. Comment va ta femme?


Giusepe 23/07/2008 10:18


« Le patient use toujours l'impatient. »

La Souris Blonde 09/08/2008 15:02


Essayez toujours la force et la rage, mais je ne promets rien.


mehdi 23/07/2008 00:57

Je dis pas pour le con en question, mais juste comme ça! Histoire de rétablir une autre vérité, quand on fait preuve de galantrie gratuite et j'insiste sur le "gratuite" il est rare d'entendre un simple merci...

La Souris Blonde 09/08/2008 15:02


Ah, je sais pas. Vu que je dis toujours merci. Et même avec le sourire, dis donc. Mais certains trouveront que justement, c'est une provocation.


path 21/07/2008 11:10

Nul besoin de s'étendre sur le comportement du muffle, ce serait lui faire trop d'honneur. Tes 'Janus à bouble visage" ?? Est ce à dire qu'ils en ont 4, de visages ??

La Souris Blonde 21/07/2008 11:47


Janus bifrons. C'est son nom, cela désigne sa particularité physique, comme "l'aurore aux doigts
de rose".
Cela dit, il y a visiblement aussi des Janus quadrifrons. Mais c'est une autre sorte de Janus.