Partir l'amour en fumée

Publié le par La Souris Blonde

Au sortir d'un rêve agité, ou plutôt d'une longue réunion de travail, la souris raccompagnait ce soir-là jusqu'au plus proche métro Criceta, une jeune collègue italienne. La discussion avait été animée, et Criceta, qui présentait ce soir-là ses travaux, sortit enfin une cigarette pour évacuer l'angoisse et la nervosité qui l'avaient rongée des heures durant.

A la première bouffée, elle ferma les yeux de soulagement. A la seconde, elle commença à les rouvrir sur un monde apaisé. A la troisième, un jeune homme se dressa brusquement devant elle comme un génie hors de sa lampe, la faisant sursauter.

Mais ce curieux génie, loin de lui proposer d'exaucer trois voeux, n'en avait qu'un seul à formuler, et pour lui-même : " Eh mademoiselle, t'as pas du feu ? "

Criceta, surprise, n'a que des allumettes à proposer. Le jeune homme demande alors sa cigarette pour allumer la sienne. Mais au moment de la lui rendre, le voilà qui glisse sur le côté, la destabilise, tend sa bouche à la place de la cigarette, réclame un baiser, puis commence à s'éloigner de plus en plus, reculant d'un pas chaque fois qu'elle avançait, se maintenant hors de portée, tournant autour d'elle, emportant comme pour jouer la clope si longuement espérée en précisant peu à peu son réel objet : " Eh, t'es charmante, tu sais ! On peut faire connaissance ? On peut sortir ensemble ? " Quelques amis à lui, assis non loin, riaient discrètement ; la pauvre Criceta en aurait pleuré d'énervement, la souris cherchait à l'aider, joignant son autorité à la sienne - ce qui ne faisait pas beaucoup.

Drôle de génie, décidément, bien décidé à réaliser ses trois voeux à lui : la cigarette, le feu de la cigarette et les faveurs de la fumeuse. Au son de ses impuissantes réclamations, il comprit soudain, en lui rendant enfin sa cigarette, que Criceta n'était pas française. Il montra alors un remarquable à propos en s'adressant à elle en anglais, puisque, bien entendu, les étrangers sont tous anglophones, sans faire de détours, puisque, bien entendu, les étrangers ne connaissent pas la politesse, et avec une délicatesse croissante, puisque, bien entendu, les étrangères sont toutes des putes : " I want to fuck you ! You want sex with me ? "

Mais déjà Criceta et la souris s'éloignaient, et ses " You lovely ! I want to fuck you ! " se perdaient dans le lointain. Oh, le lourd, soupirait la souris, quand, jetant un oeil à sa compagne, elle la trouva littéralement décomposée, toute tremblante autour de sa précieuse cigarette, incrédule face à cette agression, vouant Paris, ses dragueurs et les hommes en général aux cercles infernaux, et grommelant de sombres " Cornuto ! Bastardo ! Figlio di buona madre ! " dans lesquels on entendait plus de peur que de colère.

Criceta, à Paris depuis moins d'un an. Et la souris se souvint alors à quel point elle avait été choquée, elle aussi, par ces intrusions incessantes dans son intimité, par ces vexations constantes de sa féminité, par ces jeux insultants qui prétendent s'excuser en vous accusant de manquer d'humour, lorsqu'elle était arrivée à Paris, il y a neuf ans. Qu'elle n'imaginait plus, à présent, prendre aussi à coeur les minables agissements d'un dragueur à la noix. Qu'elle s'était, finalement, malgré tout, plus ou moins blasée. Mais le teint viré au gris et les épaules soudainement voûtées de la pauvre petite Criceta étaient là pour lui rappeler à quel point tout cela restait, oui, insupportable, et faisait des relations entre hommes et femmes une bien pauvre chose.

Commenter cet article

Pierre 24/07/2008 12:20

J'avoue, pour le coup la ça craint.

La Souris Blonde 09/08/2008 15:03


Ouaip. ça craint comme un gant.


Dovobo 06/07/2008 00:55

Après le casse noisettes, voici venu le temps des vacances de la noix. 

La Souris Blonde 16/07/2008 09:55


Pfff, même pas. Juste une période de sevrage, avant les vraies vacances. J'ai du taff par-dessus les oreilles.


Lled 02/07/2008 00:25

Mais... Mais y a des baffes qui se perdent, bordel !!!

La Souris Blonde 16/07/2008 09:54


Les baffes, comme les pigeons
Toujours
Se perdent.


Tony 30/06/2008 23:12

Exact.Je me croyais tiré d'affaire, mais ce n'est pas si simple... La SB est une drogue dure !Mais je l'aimais bien moi aussi ce personne. Je le trouvais même presque trop bien pour être honnête.A postériori, je mesure à quel point j'avais raison de me méfier !Ceci dit, je suis surpris : je te voyais plutôt amatrice de romances nerveusesde romances nerveusesde romances nerveuses de romances nerveuses (ad lib)

La Souris Blonde 16/07/2008 09:52


Crois tout ce que tu veux.
Tout est vrai.


Tony 27/06/2008 22:43

C'est donc personne qui a raflé le gros lot ?Quel traître ! Quel admirable traître.

La Souris Blonde 30/06/2008 13:15


Personne, c'est pas n'importe qui...
Mais je vois que les rumeurs people font ressortir le Tony du bois ;-)