Petite musique ne nuit

Publié le par La Souris Blonde

Lorsque le métro arriva à quai, il était déjà bondé. ça tombait bien, en fait, puisque que le quai, lui aussi, était bondé. Le quai commença alors à faire des yeux doux à la rame de métro, soulignant leurs points communs, marquant leurs affinités, tâtant le terrain pour voir s'il y avait moyen. Pendant ce temps, leurs occupants respectifs se dévisageaient d'un oeil mauvais, bandant leurs muscles, qui pour élargir les interstices disponibles, qui pour les minimiser, chacun défendant son petit bout d'espace vital roulant.

Evidemment, c'est toujours dans ces moments-là qu'une personne sans cervelle vient se coller dans la mêlée avec un objet encombrant - armoire à glace portative, ratelier à fusils, diplodocus à bascule, drapeau de la CGT, bouée gonflable gonflée. Ce soir-là, l'objet encombrant était un instrument de musique, et la personne sans cervelle était la souris.

Evidemment, la souris fut aussitôt détestée par toutes les personnes de son environnement physique immédiat. Toutes? Non! Un petit jeune homme résistait encore et toujours à l'énervement métropolitain. Parce qu'un instrument de musique volumineux, c'est non seulement un appel à la lapidation publique dans le métro aux heures de pointes, mais aussi pain bénit, cadeau, accroche offerte à tout dragueur à la noix. Deux bonnes raisons de choisir l'harmonica.

Pourtant, celui-ci était gentil, courtois et désireux de tout, tout, tout savoir sur l'instrument de la souris, son accordage, la notation, est-ce que ça se joue en groupe, tout ça tout ça. Parce que - à ce moment, une petite carte de visite bariolée surgit avec la rapidité de l'éclair dans sa main qui à aucun moment n'avait semblé bouger - lui aussi, il faisait de la musique. Et il était désireux, oui, ô combien désireux d'avoir l'avis de la souris sur sa musique.

Ah mais pas n'importe quelle musique, attention. De la musique en live. De la musique sur scène. De la musique avec groupies en délire. D'ailleurs, c'était marqué à peu près partout sur la petite carte de visite: "avec groupies en délire". La pose du jeune homme sur la photo, la typographie, le choix du pseudonyme, tout convoquait l'imaginaire de l'artiste à groupies en délire.

Oh, ce serait mesquin, bien sûr, de sous-entendre que certains garçons (ou filles d'ailleurs) font de la musique uniquement pour avoir un fan-club, et choisissent les titres de leurs chansons, les visuels de leurs clips, le romanesque de leurs thématiques comme autant de pièges à glue pour le sexe opposé. Tout aussi mesquin, bas et déloyal de supposer que les mêmes se baladent toujours avec une bonne provision de cartes de visites dans leur poche, clignotant de l'adresse de leur site, leur myspace, leur msn, leur mail, et les tendent comme une faveur spéciale à de futures potentielles groupies en délire, avec un air généreux, car toi, oui, toi, tout spécialement, tu pourrais être choisie par moi pour être, oui, toi, tu as bien compris, celle pour qui je chante, mon oreille privilégiée, celle que je regarde quand je suis sur scène au milieu des groupies en délire, enfin tu pourrais devenir ma muse, oui, comprends bien, je te ferai cet honneur, je déposerai à tes pieds, au moins pour une soirée, ma gloire naissance, celle qui va venir, là, dans pas longtemps du tout. Médisances encore, et faussetés, de prétendre que certains garçons s'imaginent qu'un homme qui chante sur une scène, aucune fille n'y résiste.

Non, non, si la souris osait sous-entendre de telles choses, ce serait uniquement parce que c'est une vieille souris à l'oreille terne, aigrie et jalouse du talent des autres.

Mais c'est grande pitié que chaque musicien qui se jette ainsi à la tête de la souris soit... Hem... Enfin, pitié pour les petits poissons, mais la souris aimerait tellement se faire draguer par une vraie star, qui fait de la bonne musique! Ce serait tellement plus drôle, oui, de lui expliquer tout cela.

Commenter cet article

miteny 21/03/2008 23:33

Je repasse par hasard, et je vois qu'on se moque de ma noble tentative visant à sauver le monde. Par contre rire des pauvres hommes qui draguent, c'est bien, c'est ça?

La Souris Blonde 22/03/2008 16:37


Mais non mais non, moi aussi je veux sauver le monde.
Sauf que toi tu crois en toi, et moi en noix.


Tony 21/03/2008 00:01

Nope, pas de rateau car pas de réelle tentative.
Tout cela était bien trop inattendu, bien trop léger, et bien trop beau... le violoncelle, la douceur d'un soir d'été, le vieux moulin, le chant de la rivière...
Le DALN avec ses grosses chaussures de plomb aurait tout gâché.
Reste un joli souvenir, un peu éthéré, un peu irréel. Le genre qu'on garde au chaud et qu'on ressort quand on a du mal à s'endormir.

La Souris Blonde 21/03/2008 20:55


Ah... Tous les soirs du monde sont sans retour.


Tony 20/03/2008 22:20

J'ai cliqué sur la musique et là... Voulzy !!! eeuuaark!
En voyant "comme de la glue" moi je pensais plutôt à Sean Paul (http://www.deezer.com/track/38746) !
Il faut absolument lire les paroles (http://www.metrolyrics.com/like-glue-lyrics-sean-paul.html),  mieux que du Coleridge !
 
Sinon je suis de + en + intrigué par Giusepe... qui est-il ? que fait-il ? dans quel étagère-t-il ? Cet homme est un mystère.
Lui d'habitude si concis, le voilà qui conjecture pendant 40 lignes sur l'instrumentalisation de la souris et son rapport éventuel à la flûte traversière. Pourquoi mardi matin, alors qu'il baguenaudait distraitement de blog en blog, s'est-il ainsi furieusement emparé d'un tel sujet ? A quelle logique répond-il ?
A moins qu'il ne soit, comme moi, tombé amoureux d'une belle violoncelliste l'été dernier...

La Souris Blonde 20/03/2008 22:33



Ah, Voulzy, toute mon enfance... Et n'est-elle pas gluante à souhait, My song of you?


Sinon, les violoncellistes, ça joue du rateau, aussi ?



Dovobo 19/03/2008 20:06

Le retour de la souris !Tambours, couleurs, génies !Après tant de venues stériles Sur l'ancienne terre fertileQui donna tant sourires Souris ! Mais... ça fait plus d'un moisQue tu es de nouveau LàHa! discrèteViens ici que je t'attrapeMes griffes sont prêtes Limées à mort par ton faux Clap Maintenant que je te retrouvePetite mutine musquéeEnfin je peux te dire ce que je n'avais oséPetite SourisJe t'aime

La Souris Blonde 20/03/2008 09:21

Tiens! Bonjour, l'homme Elie. Et toi, où es-tu passé?

miteny 18/03/2008 20:49

tiens je croyais que ce site était fermé...Mon commentaire ne doit pas être long car il va être supprimé.

La Souris Blonde 20/03/2008 09:20

Ha! T'as perdu. D'une seule ligne, je démontre que ta prédiction était fausse. Je gagne quoi? ;-)