Krach souricier

Publié le par La Souris Blonde

    La semaine dernière, le cours des titres de la souris a connu une chute aussi brutale que vertigineuse.

    Comme les bourses étaient au plus haut, certains acquéreurs avaient surinvesti sur la souris. Elle se retrouva ainsi au coeur d'une bulle spéculative. Son titre est alors monté de manière spectaculaire, atteignant le seuil psychologique de "charmante", "beaux yeux" ou "mmmh", et montant même jusqu'à des niveaux records de "aaahlàlà" jamais atteints à ce jour. On assistait à une véritable envolée souricière, tous les investisseurs en voulaient.

    Seulement voilà, comme toute valorisation fondée sur la spéculation, la hausse des valeurs de la souris a rapidement montré sa fragilité. La publication d'une statistique de '"pas intéressée", suivie d'une crainte de "rateau" et d'un avertissement sur résultats "tu pourrais répondre" a fait chuter la notation de la souris chez les principales agences de rat-ing. Le titre de la souris a alors plongé en quelques minutes de "jolie" à "meuf de merde" et "t'as vu ta gueule".

    Fort heureusement, après le retrait du marché de l'essentiel des speculateurs et le tassement des effets du krach psychologique, la souris a rapidement retrouvé son cours normal.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

liora 03/02/2008 20:50

Je viens de voir sur le blog de B&M que tu es revenue, quel plaisir de te lire à nouveau, car j'avais adoré tes billets précédents.. tu écris vraiment très bien, bravo !Sur le blog de B&M j'avais justement raconté ma rencontre avec un dragueur à la noix : http://www.boucetmoustache.com/article-12587186.html

La Souris Blonde 05/02/2008 23:13

Hm... Je sais pas à quoi il était dopé, ton gonfleur de vélos, mais c'est du lourd...

path 01/02/2008 14:31

En matière de part de capital d'une société la devise qui prevaut c'est "pas vendu pas perdu"...Le "noyauteur" a tort de liquider rapidement ses chances de pouvoir profiter d'une nouvelle hausse de ses titres.Il se grille définitivement.C'est le problème avec tous ces investisseurs qui ne cherchent que la rentabilité immédiate.Tout se barre ma pauvre dame, plus personne ne mise sur le long terme...Par ailleurs il existe une mode récente ou les souris rachetent leurs propres titres pour ne plus s'exposer aux prédateurs.Ca donne des souris solides, mais tellement seules...En tout cas.C'est avec un plaisir non dissimulé que je te retrouve ici...

La Souris Blonde 03/02/2008 13:51

Entre les spéculateurs effrénés et les souris qui se barrent du navire, ça fait une sacré perte de valeur réelle, tout ça.Mais je vois que les nouvelles vont vite ! Ravie de te voir toujours dans le coin...

Bouc & Moustache 30/01/2008 21:15

mais en fait souris... es-tu toujours en cotation ? Ou as-tu acheté toutes tes propres actions afin de te consacrer à un seul investisseur ?

La Souris Blonde 30/01/2008 23:42

Ah... Etre cotée en bourse, c'est un état d'esprit... Mais la souris, c'est surtout un placement pour gros porteurs.

ralphy 30/01/2008 16:32

Le problème même de la spéculation vient effectivement de la surestimation initiale du titre, suivie d'une spéculation sur spéculations, à savoir que l'on continue de spéculer sur le titre tant que les autres continuent à spéculer... jusqu'au krach, à savoir jusqu'à ce qu'un rat un peu plus important que les autres ne commence à se délester des titres spéculatifs entraînant ainsi, par effet de boule de neige, la chute du titre.A une époque, j'évitais de spéculer sur les souris aux annulaires gauches déjà pris. Cependant, on m'avait expliqué que ce doigt avait fortement perdu de sa valeur, et que primait désormais l'aspect esthétique sur l'aspect symbolique. Par ailleurs, malgré un annulaire déjà occupé, on m'a fait comprendre à plusieurs reprises que cela ne devait pas empêcher les spéculations. Les titres s'en portaient toujours mieux et les spéculateurs pouvaient parfois être récompensés par un accompagnement du titre au septième ciel, ne serait-ce que le temps de spéculations intra-day.A plus forte raison, on m'avait expliqué par ailleurs qu'en l'absence de bague au doigt, et malgré des investisseurs historiques déjà bien établis, je ne devais pas abandonner mes tentatives de prise de contrôle de la majorité des actions d'une souris, ou du moins entrer au conseil d'administration pour un suivi régulier.Cependant, suite à d'innombrables échecs d'OPA, j'ai fini par comprendre que la spéculation et les prises de contrôle agressives n'étaient pas ma tasse de thé, et que je trouvais beaucoup plus d'intérêt dans des investissements réguliers et à long terme, beaucoup plus sereins et stables.Ceci dit, suite aux échecs souriciers, j'ai fini par me retirer de la bourse, préférant investir dans des domaines où j'ai un meilleur rendement.J'ai tout de même l'impression que certains investisseurs feraient bien mieux de se retirer du métier, ou du moins envisager de prendre des cours et apprendre à perdre et à se retirer en toute dignité...

La Souris Blonde 30/01/2008 23:45

Ah... Les investisseurs oublient toujours que les placements en bourse ne sont rentables que sur le long terme...Mais après tout, toutes les entreprises ne sont pas cotées! Bonne chance pour tes investissements futurs, alors ;-)